Services préventifs en milieu clinique

Priorités

Trois priorités

Nos priorités sont en lien direct avec les deux priorités stratégiques régionales, soit de réduire les maladies chroniques et les inégalités sociales de la santé. Les actions mises en œuvre autour de ces priorités reposent sur six stratégies d’intervention et trois principaux programmes.

Priorité 1 Le développement d’une première ligne forte qui intègre la prévention

Notre secteur met à profit son expertise afin d’influencer l’organisation des services au sein des réseaux locaux de services. Par l’intégration de la prévention, nous privilégions l’accès aux services, l’équité, la continuité des soins et la réponse aux besoins des malades chroniques. Ces travaux se réalisent en collaboration avec les équipes de l’Agence (DAMU, DRMG, CRSP).

Priorité 2 - La promotion et le soutien aux pratiques préventives auprès des milieux cliniques et de la population

Les pratiques cliniques préventives (PCP) regroupent le counselling à l’égard de comportements préventifs, le dépistage des maladies, l’immunisation et la chimioprophylaxie. La promotion et le soutien à l’intégration des PCP dans les milieux cliniques contribueront, de façon importante, à limiter la prévalence des facteurs de risques au sein de la population, éviter l’apparition de la maladie ou en détecter les premiers signes.

Priorité 3 - La prévention des maladies chroniques et des cancers

Les maladies chroniques sont des maladies non contagieuses qui se développent lentement, conduisent à des incapacités et sont souvent incurables, mais évitables. Quatre groupes de maladies sont ciblés : les maladies cardiovasculaires, les cancers, les maladies pulmonaires obstructives chroniques et le diabète. Les actions déployées se concentrent sur la promotion auprès du grand public ainsi que la prévention et le dépistage auprès des individus présentant des facteurs de risque modifiables.

Six stratégies d’intervention

Six principales stratégies d’intervention sont privilégiées.

  • La mobilisation des acteurs-clés en vue de soutenir la réorganisation de la première ligne et d’en faire la pierre d’assise de la prévention clinique et de la prévention des maladies chroniques.
  • La facilitation et le soutien aux PCP auprès des professionnels de la santé et des milieux cliniques afin de créer des environnements favorisant l’intégration des activités préventives au sein des réseaux locaux de services.
  • Le développement d’une gamme de services préventifs au sein des réseaux locaux de services.
  • La promotion et le soutien à l’acquisition d’aptitudes individuelles à l’égard de comportements préventifs afin de rejoindre la population adulte non desservie par la première ligne et certains groupes vulnérables.
  • L’acquisition et le transfert de connaissances (surveillance, monitorage, recherche et évaluation) afin de favoriser leur utilisation par les partenaires, les gestionnaires et les intervenants.
  • L’appui au développement de politiques publiques saines et à la création d’environnements favorables.

Trois programmes

Nos actions reposent sur trois grands programmes, chacun couvrant à divers degrés l’ensemble des trois priorités.

Le système de prévention clinique (SPC) (Voir la fiche thématique)

Dans chaque CSSS, le SPC est mis en oeuvre par une équipe locale multidisciplinaire regroupant un gestionnaire, une infirmière-conseil en prévention clinique, un éducateur pour la santé et un conseiller en abandon du tabagisme. Les activités se déroulent en partenariat avec les milieux cliniques, les pharmacies et les ressources communautaires.

Le programme de dépistage du cancer du sein (PQDCS) 

Depuis 1998, la DSP coordonne le programme régional PQDCS et invite, aux deux ans, autour de 200 000 Montréalaises de 50 à 69 ans sans antécédent de cancer du sein à passer une mammographie de dépistage gratuite dans un Centre de dépistage désigné (CDD). Les activités de promotion et d’organisation de services mises de l’avant reposent sur une connaissance des barrières à la participation spécifiques au contexte montréalais afin d’accroître la participation et mettre en place des services de dépistage et d’investigation accessibles et de qualité.

La recherche en santé des populations et services de santé (Voir la fiche thématique)

En 2002, la DSP et l’Institut national de santé publique ont mis en commun leurs ressources pour créer une équipe conjointe de recherche. Les travaux portent sur les transformations des services de santé et leurs effets sur la santé des populations avec une attention particulière à la première ligne, à la prévention et la gestion des maladies chroniques et aux iniquités d’accès liées aux inégalités sociales. Par le biais d’enquêtes populationnelles et organisationnelles et l’analyse des données médico-administratives, les recherches apportent un éclairage sur la situation montréalaise et sur les modèles les plus prometteurs.