Herbe à poux

Problématique

L’herbe à poux est une mauvaise herbe qui émet du pollen dans l’air, principalement en août et en septembre. Ce pollen déclenche des réactions allergiques chez un grand nombre de résidants de l’île de Montréal. La rhinite, ou rhume des foins, la conjonctivite et l’aggravation de l’asthme sont les principales manifestations de l’allergie au pollen de l’herbe à poux.

La plante est présente partout sur l’île de Montréal, mais les extrémités est et ouest sont les plus infestées. Il y a un lien entre le degré d’infestation locale et la prévalence des manifestations allergiques, tel que démontré dans une étude réalisée en 2006 par la DSP auprès de 8 000 familles. Les données recueillies indiquent que 16,1% des enfants montréalais âgés de 6 mois à 12 ans – soit plus de 38 000 enfants -souffrent d’allergies associées au pollen de l’herbe à poux. Les territoires des CSSS de la Pointe-de-l’Île, d’Ahuntsic et de Montréal-Nord, de l’Ouest-de-l’île et de Dorval –Lachine-LaSalle sont ceux où se trouvent à la fois la plus grande quantité d’herbe à poux et d’enfants affectés par son pollen.

Il y a urgence d’intervenir car, en raison des changements climatiques, la saison de croissance de l’herbe à poux à Montréal est déjà passée de 42 à 63 jours entre 1994 et 2002 et elle risque encore de s’allonger. Les coûts de santé associés aux allergies au pollen de l’herbe à poux étaient, en 2005, de plus de 157 millions de dollars au Québec.

En manchette

Dernière mise à jour : 08 décembre 2011

© Gouvernement du Québec 2016